Accueil ACTUALITÉS

Pétion-Ville : Les funérailles des 3 policiers assassinés à Métivier chantées sur fond de protestation

818

Trois (3) policiers répondant aux noms de Gérald Octima, Dikens Céjuste et Eliezer Luc ont été assassinés le vendredi 20 Janvier 2023, à Métivier, une localité située dans la Commune de Pétion-Ville. Leurs funérailles ont été chantées le mardi 31 janvier 2023, à l’amphithéâtre de l’Académie Nationale de Police (ANP), sise à la Route de Frères (Pétion-Ville). C’était une nouvelle occasion offertes aux frères d’armes des défunts pour crâcher leur frustration au nez du Commandant en chef de la PNH, Frantz Elbé, présent à la cérémonie.

LE FACTEUR HAÏTI, le 31 janvier 2023._ Trois (3) parmi des policiers envoyés au secours d’un proche d’un autre agent prêtant ses services à la PNH, ont été tués dans l’après-midi du vendredi 20 janvier 2023, à Pétion-Ville, dans la zone dénommée « Métivier ».

Les victimes sont identifiées sous les noms de Gérald Octima (35ans) Dikens Céjuste (37 ans) et Eliezer Luc (44 ans). Les crimes sont œuvres de bandits armés de la bande à Vitelhomme Innocent dictant sa loi dans plusieurs communes notamment à Tabarre (Torcel) et à Pétion-Ville (Pernier), entre autres.

 

Onze (11) jours après cette tuerie, les funérailles de ces agents ont été chantées le mardi 31 janvier 2023, à l’Académie Nationale de Police (ANP), sise à Frères (Pétion-Ville).

 

Tout a été déroulé en présence du Directeur Général de la PNH, Frantz Elbé, de l’Inspecteur Général en chef Fritz St-Fort et des membres du Haut Commandement, des agents de plusieurs unités spécialisées, des parents, proches et amis, entre autres.

Ces obsèques ont été chantées sur fond de protestation de policiers qui ont assisté à la cérémonie.Ces derniers en ont profité pour continuer d’exprimer leur indignation et soumettre leurs doléances aux Haut Commandement de l’institution policière suite à la mort tragique d’une douzaine de leurs collègues durant le mois de janvier 2023.

Les locaux du Commissariat de Pétion-Ville/ Photo : Auteur (e) Inconnu (e)

Ils ont semé la pagaille devant l’Académie Nationale de Police, notamment à la sortie des cercueils recouvrant les cadavres des défunts. Leur mouvement avait pour objectif d’exiger du Directeur Général a.i de la PNH le rapatriement des corps des 7 policiers assassinés à Liancourt par la « baz gran grif », gang opérant à Savien, quartier de la Commune de Petite-Rivière.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)