Accueil ACTUALITÉS

Petite-Rivière de l’Artibonite : 6 personnes tuées, des maisons détruites dans des affrontements entre gangs rivaux

568

Au moins six (6) morts un un blessé ont été enregistrés le samedi 16 juillet 2022, à Petite-Rivière de l’Artibonite. Ces victimes ont été recensées suites aux affrontements entre les membres de gangs de la base « Gran grif » et ceux de Jean Denis. Selon plusieurs sources concordantes locales, les gangs de Savien ont détruit plusieurs maisons des habitants de Barrière Léon, première section communale de Petite-Rivière 

LE FACTEUR HAÏTI, le 17 juillet 2022._La reprise des affrontements armés entre les bandits dictant leur loi dans les localités de Savien et Jean Denis, à Petite-Rivière de l’Artibonite ont fait plusieurs victimes hier samedi 16 juillet 2022.

Selon plusieurs sources concordantes, au moins six (6) personnes ont été assassinées, notamment dans les rangs de la population civile, au cours de ces nouveaux affrontements armés.

Ces pertes en vies humaines sont recensées suite à une attaque armée orchestrée par les bandits de la base « Gran Grif » basée de Savien contre des habitants de la localité de Barrière Léon, avons-nous appris.

En guise de contre-attaque, il a fallu une réponse des hommes de Jean Denis dont le nommé « Ti Mepri » est le chef de file pour repousser les assauts du gang envahisseur.

Parmi les personnes abattues, au moins trois (3) ont eu leurs têtes coupées par les caïds de Savien, selon nos informateurs.Ils précisent aussi qu’un blessé été recensé.

Du haut des 6 personnes assassinées suivies de l’autre blessée, on nous rapporte que les gangs de la base « Gran Grif » venant de Savien ont détruit complétement plusieurs maisons des paisibles citoyens à Barrière Léon.

Pour réussir cette opération de destruction, ils ont recours à un engin lourd qui est la propriété privée de l’Organisme de Développement de la Vallée de l’Artibonite (ODVA) qu’il ont en leur possession.

On nous confirme aussi que bon nombre de la population de la localité de Barrière Léon ont fui leurs maisons pour sauver leur peau.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)