Accueil CULTURE

Port-Au-Prince : Des bandes à pied revendiquent le financement prévu pour les défilés pré-carnavalesques

183

Les responsables de l’Organisation des Bandes à pied de Morne à Tuff (OBAMA), à Port-au-Prince, pressent le Ministère de la Culture et de la Communication à leur verser l’allocation prévue pour les dimanches pré-carnalesques. Lors d’une conférence de presse tenue mercredi à Port-au-Prince, ces derniers ont déclaré qu’ils avaient déjà défilé à travers les rues à 4 reprises en prélude à l’organisation du Carnaval national qui a été annulé par le gouvernement.

LE FACTEUR HAÏTI, le 9 Février 2022._Des bandes à pied de Port-au-Prince ont défilé dans les rues de la Capitale durant les 4 derniers dimanches pour annoncer la venue du Carnaval national. Malheureusement, le gouvernement a décidé de surseoir sur l’organisation de cette grande manifestation culturelle de cette année, avançant pour causes : l’insécurité et la Covid-19, entre autres.

Après l’annonce officielle faite par les autorités gouvernementales, des dirigeants de bandes à pied sortent de leurs coquilles.

En effet , mercredi, les responsables de l’Organisation des Bandes à pied de Morne à Tuff (OBAMA), ont donné une conférence de presse au cours de laquelle, ils réclament du Ministère de la Culture et de la Communication le financement prévu pour les défilés pré-carnavalesques.

Port-Au-Prince : Des bandes à pied revendiquent le financement prévu pour les défilés pré-carnavalesques
Des membres de l’Organisation des Bandes à pied de Morne à Tuff (OBAMA) lors d’une conférence de presse à Port-au-Prince/ Photo : LE FACTEUR HAÏTI (LFH)

Lors de cette sortie médiatique, Fédnel Donat , porte-parole de ladite Organisation a laissé entendre que ces fonds revendiqués leur permettront de couvrir certains frais des dépenses effectuées durant leurs 4 dernières sorties. Ce denier dit octroyer 72 heures à la ministre Émmelie Prophète Milcé pour poser une action concrète.

Au cas où la titulaire du MCC ne tient pas compte de leurs revendications jugées justes, déclarent-ils , les leaders d’OBAMA menacent de passer à l’action.Comme alternative, ils disent prévoir d’organiser dès ce jeudi 10 février, un mouvement de protestation devant les locaux de dudit ministère pour forcer les responsables à passer de la parole aux actes.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)