Accueil ACTUALITÉS

Port-au-Prince-Kidnapping : Marche pacifique des journalistes pour exiger la libération de Jean Thony Lorthé

336

Une marche pacifique a été organisée le mardi 14 Février 2023, à Port-au-Prince, la Capitale d’Haïti. Objectif : Exiger la libération du journaliste de la radio Vision 2000, Jean Thony Lorthé, enlevé et séquestré depuis 3 Février dernier à Laboule 12. Bon nombre de journalistes issus de différents médias de la capitale, des représentants d’organismes de défense des droits humains et des structures de la société civile haïtienne y ont pris part.

LE FACTEUR HAÏTI, le 14 Février 2023._Comme annoncé par les responsables du Réseau National de Groupes Sanguins de Rhésus Négatifs (RENAGSANG) et des journalistes instigateurs, le coup d’envoi de cette marche pacifique a été donné à Pont Morin.

De la étant, les protestataires ont parcouru Bois-Verna, Avenue Charles Summer pour atteindre Lalue où se situe la radio vision 2000, institution pour laquelle travaille Jean Thony Lorthé, porte-parole du RENAGSANG.

Tout le long de leur parcours, les participants à cette marche ont exigé la libération du présentateur du Journal « RAFRECHI MEMWA ».

Afin de presser les autorités gouvernementales à garantir la sécurité de chaque citoyen, notamment les travailleurs de presse, ces citoyens ont délivré, à tour de rôle des messages devant les locaux du ministère de la communication et celui de la justice.

C’était l’occasion pour eux de fustiger le comportement des dirigeants du pays qui, dénoncent-ils, n’ont rien fait pour restaurer un climat de paix dans le pays.

Jean Thony Lorthé, accompagné de deux autres membres de sa famille sont pris en otage depuis environ 12 jours par le gang de Laboule 12 dont le chef de file est Carlot Petit-Homme dit Ti Makak. Les kidnappeurs ont exigé 200 mille dollars américains en échange de la libération du confrère.

Au terme de la marche, les organisateurs ont plaidé en faveur d’un arrêt de travail dans tous les médias en signe de protestation contre l’exactions des gangs dans le pays, notamment dans la Capitale et de ses environs.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)