Accueil INSÉCURITÉ

Porto Rico : Ariel Henry contraint de quitter l’hôtel sous la pression des manifestants haïtiens

9141
Img 20240308 Wa2539
Manifestation de la communauté haïtienne de Porto Rico contre la permanence au pouvoir du Premier ministre Ariel Henry (Crédit Photo : Xavier Araújo)

Des Haïtiens vivant à Porto Rico ont manifesté le vendredi 8 Mars 2024 devant l’hôtel Marriott Courtyard d’Isla Verde où était hébergé le Premier Ministre haïtien Ariel Henry. Hué par les protestataires qui réclament sa démission, le chef du Gouvernement de facto, a été contraint d’ abandonner le bâtiment, selon le journal « El Nuevo Día ».

LE FACTEUR HAÏTI, le 8 Mars 2024._Un groupe de ressortissants haïtiens vivant à Porto Rico, ont troublé le vendredi 8 Mars 2024, le sommeil du Premier Ministre defacto d’Haïti, Ariel Henry.

De très tôt, ils ont manifesté devant l’hôtel « Isla Verde » pour le forcer à se rendre en Haïti pour prononcer sa démission à la Nation haïtienne, raporte le journal local « El Nuevo Día ».

De l’avis des protestataires, Ariel Henry doit quitter le pouvoir pour un dénoument de la crise qui affecte d’autres pays de la Caraïbe.

20240307 221452
Le Premier ministre d’Haïti, Ariel Henry (Crédit Photo : Andrew Kasuku)

En conséquence au mouvement de protestation de ces Haïtiens, « El Nuevo Día » rapporte qu’Ariel Henry qui y était hebergé depuis son arrivée mardi, a été contraint de fuir sa zone de confort ce vendredi pour une destination pour l’heure imprécise.

« Actuellement, on ne sait pas si Henry sera transféré dans une autre maison d’hôtes sur l’île ou s’il a l’intention de quitter Porto Rico », a inquidé la rédaction d’El Nuevo Día », ajoutant que leurs mouvements de protestation sont surveillés par un contingent d’agents de sécurité du gouvernement fédéral.

Img 20240308 Wa2539
Manifestation de la communauté haïtienne de Porto Rico contre la permanence au pouvoir du Premier ministre Ariel Henry (Crédit Photo : Xavier Araújo)

Brandissant des pancartes et des banderoles blanches à la main, portant des messages tels que « US Stop Supporting » et « Ariel Henry = Gangs », les manifestants ont exigé la démission du neuro-chirurgien.

« Il est un impératif qu’Ariel Henry quitte le pays parce qu’il est incompétent, il ne peut rien faire. Les gens ne peuvent pas respirer. Nous avons besoin qu’il quitte Haïti maintenant parcequ’il soutient des groupes armés », a déclaré au micro du média en question, Fanfan Noël, l’un des porte-parole du mouvement d’Haïti à Porto Rico.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)