Accueil ACTUALITÉS

RSF : Haïti 99ème dans le classement mondial de la liberté de la presse

Des entités onusiennes appellent à cesser les menaces contre les journalistes
Des journalistes Haïtiens assurant la couverture d'une manifestation anti-gouvernementale à Port-au-Prince/ Crédit photo : Arnold Junior PIERRE

Reporters Sans frontières (RSF) a publié ce mercredi 3 Mai 2023, à l'occasion de la célébration de la journée mondiale de la presse, le classement mondial de la "liberté de la presse". Un classement dans lequel Haïti occupe le 99ème rang sur 180 pays, alors qu'elle était 70ème en 2022. Cette regression, selon RSF, est principalement liée à la dégradation continue des conditions sécuritaires.

LE FACTEUR HAÏTI, le 3 Mai 2023._Célébration ce mercredi 3 mai 2023, de la journée mondiale de la liberté de la presse. Reporters Sans Frontières (RSF) a profité de l'occasion pour publier la 21e édition du classement mondial de la liberté de la presse.

Sur 180 pays concernés, Haïti, en 2023, se trouve en 99ème position dans ce classement. Or, elle était 70ème en 2022. La dégradation continue des conditions sécuritaires est à la base de cette détérioration, selon RFS qui dit déplorer l'assassinat de 9 journalistes haïtiens juillet 2021 à date.

Malgré le positionnement d'Haïti, le gouvernement a salué les efforts consentis par les journalistes qui se consacrent corps et âme à l’information.

"En ce 3 mai marquant la journée mondiale de la liberté de presse, je salue le courage, l’engagement, le sens du devoir et de responsabilité des journalistes qui se consacrent corps et âme à l’information", a écrit le Premier Ministre Ariel Henry.

Haïtit-Référendum : tenue d'une rencontre en catimini à Anse-À-Veau
Des journalistes haïtiens assurant la couverture d'un mouvement de protestation au Champ-de-Mars le 11 Février 2021/ Crédit photo : Arnold Junior Pierre

Toujours est-il, le chef du gouvernement promet de continuer à garantir la libération d'expression tout en renforçant l'état de droit et la sécurité des travailleurs de presse.

"Ainsi, je tiens à renouveler la détermination de mon gouvernement à garantir continuellement la liberté d’expression et à travailler au renforcement de l’Etat de droit et du climat sécuritaire, paramètres indispensables au bon fonctionnement de la presse", a écrit le locataire de la primature.

Or, la vieille de la célébration de la journée, la police haïtienne avait arrêté le Co-animateur de l'émission "MATIN DÉBAT", Ésaü César, qui par la suite, a été libéré.

Pour RSF, la situation est “très grave” dans 31 pays, “difficile” dans 42 et “problématique” dans 55, alors qu’elle est “bonne” ou “plutôt bonne” dans 52 pays, peut-on en lire.

https://rsf.org/fr/classement-mondial-de-la-libert%C3%A9-de-la-presse-2023-les-dangers-de-l-industrie-du-simulacre

Cependant, les conditions d’exercice du journalisme sont mauvaises dans 7 pays sur 10 et satisfaisantes dans seulement 3 pays sur 10, a communiqué Reporters Sans Frontières.

À leur tour, les Nations Unies, en se basant sur le rapport publié par Reporters Sans Frontières, ont averti que la liberté de la presse est attaquée dans le monde entier.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)