Accueil SANTÉ

Santé : Les diplômés de l’École de Médecine de Limonade optent pour la réforme de la résidence hospitalière en Haïti

Les récentes impondérances survenues dans l’organisation du concours d’admission de la résidence hospitalière en Haïti confirment que ce système médico-pédagogique ne fonctionne pas bien. En effet, les Médecins diplômés de l’Ecole de Médecine de la Faculté des Sciences de la santé du Campus Henry Christophe de l’UEH, à Limonade, ne cachent pas leur insatisfaction face à la gestion désastreuse de la résidence hospitalière en Haïti et le mode opératoire adopté par le Ministère de la Santé Publique et de la Population(MSPP) pour le partage des postes à pouvoir dans les différents centres hospitaliers du pays.

LE FACTEUR HAÏTI, le 6 Novembre 2023.-La situation de la résidence hospitalière est alarmante en Haïti. Des problèmes récurents refont surface chaque année dans ce système médico-pédagogique destiné à offrir des formations spécialisées aux jeunes médecins diplômés issus de la Faculté de Médecine et de Pharmacie, de l’École de Médecine de la Faculté des Sciences de la Santé du Campus Henry Christophe de l’UEH, à Limonade (Nord) et d’établissements médicaux d’enseignement privé.

Chaque année, une poignée de médecins sont admis en résidence hospitalière en Haïti. C’est une période qui permet à ces professionnels de maîtriser toutes les subtilités de leur domaine de spécialité. Cette spécialité est d’ordre médical (médecine interne, dermatologie, Pneumologie, médecine d’urgence, médecine familiale) ou médico-chirurgical (chirurgie générale, Urologie, gynécologie obstétrique, orthopédie, ORL, etc..).

Pas moins de six hôpitaux publics du pays offrent de la résidence hospitalière. Il s’agit de l’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti (HUEH), l’Hôpital universitaire Justinien (HUJ), la maternité Isaïe Jeanty (Chancerelles), l’hôpital Sanatorium, l’hôpital universitaire la paix (HUP) et le Centre Psychiatrie Mars and Klein. L’hôpital universitaire de Mirebalais offre lui aussi ce programme. Mais la gestion globale de la résidence hospitalière en Haïti est assurée par la FMP et le MSPP qui définissent le nombre de postes en vertu de l’article 13 du décret du 7 mai 1951.

Au fait, le décanat de la Faculté des Sciences de la Santé du CHCL a entammé cette année les processus pour l’implémentation du 3ème cycle au sein de l’Ecole de Médecine de Limonade(EML). Ainsi, les responsables ont enclenché le concours d’admission pour les 14 misérables postes disponibles à l’HUJ, sous la surveillance du MSPP et de la FMP qui jouissent de vieille date de la responsabilité d’organiser le concours d’admission de la résidence hospitalière suivant les prescrits du décret susmentionné.

Cependant, suite aux désaccords des protagonistes impliqués dans le processus, le décanat de la FSS a annoncé le 18 octobre l’annulation de la tenue du concours d’admission de la résidence hospitalière. Cette décision suit celle de la Direction du 3ème cycle et du Vice-décanat de la FMP de reporter sine die le concours d’admission prévu pour le 15 octobre pour la nouvelle entrée hospitalière 2023-2024. Une décision qui ajoute de l’huile sur le feu d’un système médico-pédagogique déjà en mode disloquant.

Puis, le Rectorat de l’Université d’État d’Haïti, dans une note adressée au décanat de la FMP en date du 24 octobre, a informé les responsables de ladite faculté de son souhait de prendre en charge la gestion de la résidence hospitalière, suite aux multiples bouleversements institutionnels enregistrés dans l’organisation du concours d’admission du résidanat pour cette année.

En cette circonstance préoccupante, les Médecins diplômés de l’École de Médecine de la Faculté des Sciences de la Santé du Campus Henry Christophe de l’UEH à Limonade montent au crénau pour critiquer l’attitude macabre des responsables de la Direction du MSPP qui ne prennent pas les mesures necessaires pour assurer une gestion satisfaisante et une répartition équitable du nombre de postes à pourvoir dans les différents centres hospitaliers du pays. Ces médecins diplômés reclament entre autres, une augmentation automatique du nombre restreint de postes à pourvoir au sein de l’Hopital Universitaire Justinien(HUJ), passant de 14 jusqu’à 60 places (comme ce fut le cas dans le passé) pour les promotions de l’Ecole de Médecine de la FSS-CHC-UEHL qui comptent plus de cent(100) diplômés chaque année. Ensuite, ils reclament le tier(1/3) des postes à pourvoir dans les principaux centres hospitaliers suivants: l’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti (HUEH), la Maternité Isaïe Jeanty (Chancerelles), l’Hôpital Sanatorium, l’Hôpital universitaire la Paix (HUP) et le Centre Psychiatrie Mars and Klein.

Par ailleurs, ces jeunes médecins diplômés revendiquent l’ouverture de nouveaux services de spécialités, à savoir: Ophtalmogie, Médecine Familiale, Anesthésiologie, Santé communautaire et Épidémiologie, qui ne sont pas disponible au sein de l’HUJ. Car, affirment-ils, cet hôpital qui offre des soins de santé à la population de la région du grand Nord du pays, ne manque pas d’espace et de demande.

Il est grand temps que les instances compétentes du MSPP et du Rectorat de l’UEH d’agir en toute urgence pour stopper cette hémorragie qui risque de nuire sérieusement aux intérêts de l’UEH et de l’EML. Les différentes parties concernées sont donc appelées à faire de cette épineuse question l’objet d’un véritable débat public, pour une solution viable et durable.

LE FACTEUR HAÏTI (LHF) / Vladimir SERGILLES