Accueil ACTUALITÉS

Savane Pistache : Des familles chassées de leurs maisons

624

L’invasion des gangs à Savane Pistache, quartier situé entre la 2ème et la 3ème Circonscription de Port-au-Prince, a débouché sur des affrontements entre policiers civils armés.En conséquence, des victimes, notamment de morts et des blessés par balles ont été enregistrées.Une situation qui pousse plusieurs familles à fuir leurs maisons, selon nos constats.

LE FACTEUR HAÏTI, le 11 novembre 2022._Des hommes armés ont envahi tôt hier jeudi 10 Novembre 2022, le quartier de Savane Pistache.Ces deniers avaient pris d’assaut le Sous-Commissariat de la zone après avoir pourchassé les policiers.

Pour reprendre le contrôle du bâtiment sous l’emprise des bandits, le Haut Commandement de la police nationale d’Haïti avaient envoyé des policiers en renfort aux agents qui y sont affectés.

Au cours des échanges de tirs, de nombreuses personnes dont un bébé de 6 mois en étaient sorties blessées par balles, confirme la rédaction de l’agence.

Savane Pistache : Des familles chassées de leurs maisons
Des véhicules blindés envoyés à Savane Pistache/ CP : Capture d’écran

Hormis les blessés, des décès sur le coup ou encore à l’hôpital ont été recensés, selon plusieurs habitants qui se confient ce vendredi au journal, confirmant la mort par calcination d’une dame de 30 ans à l’intérieur de sa maison.

Jusqu’à ce vendredi dans la matinée, de fortes détonations ont été entendues dans la zone.De plus, les individus ont pillé puis incendié plusieurs maisons dans le quartier précité.

En conséquence à ce climat de terreur, plusieurs familles abandonnent leurs maisons pour se réfugier, soit chez un proche ou du moins sur les places publiques de la zone métropolitaine.

Aux environs de 6 heures du matin, des dizaines de personnes ont été vues dans les zones telles que : Impasse Eddy, Carrefour Saintus, Rue Capois, rue Saint-Gérard, entre autres, en train de quitter Savane Pistache.

Savane Pistache : Des familles chassées de leurs maisons

Ayant sous leurs bras des enfants et valises contenant leurs effets, ces familles, avec leur visage crispé, ne savent à quel Saint se vouer.

Joint au téléphone par la rédaction de l’agence de presse en ligne LE FACTEUR HAÏTI, l’ancien policier syndiqué, Abelson Gros-nègre demande à la police nationale d’Haïti d’envoyer d’autres véhicules blindés dans la zone afin d’aider le policier à garantir la sécurité de la population.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)