Accueil DIPLOMATIE

Coordination de l’aide internationale à Haïti : Le Canada fait du “chantage”

Le Gouvernement dominicain a balayé les déclarations de la Ministre canadienne des affaires étrangères, Mélanie Jolie, rapportées le jeudi 15 juin dernier par “Radio Canada” selon lesquelles le Canada ouvrira bientôt un bureau en République Dominicaine. Une initiative qui viserait à coordonner l’aide internationale à Haïti en support à la police nationale. À l’opposé, la République dominicaine, par le biais du Porte-parole de la présidence du pays, Homero Figueroa, dit qu’elle “ne peut participer à aucune initiative qui l’engage à mener des actions directes en Haïti”.

LE FACTEUR HAÏTI, le 17 juin 2023._Le rêve du Gouvernement canadien d’implanter un bureau en République Dominicaine pour coordonner, à distance, l’aide internationale à Haïti, en support à la police nationale, est une “farce”. En effet, les déclarations de Mélanie Joly, ministère canadienne des affaires étrangères ont été prises à contre-pied par le gouvernement dominicain.

Dans un communiqué, le porte-parole de la présidence et directeur de la stratégie et de la communication du gouvernement, Homero Figueroa , a assuré que, comme l’a déclaré le ministre des Affaires étrangères Roberto Álvarez , la République dominicaine n’a accepté et n’acceptera à l’avenir aucune initiative qui affecte la souveraineté nationale.

M. Homero Figueroa a ajouté que la politique de la République Dominicaine reste inchangée sur cette question, selon ledit communiqué de la présidence.

Homero Figueroa, Porte-parole de la Présidence dominicaine | © La Présidence

“En tant que porte-parole du président @luisabinader, et comme l’a déclaré le ministre des Affaires étrangères, notre pays n’a accepté et n’acceptera à l’avenir aucune initiative qui affecte la souveraineté dominicaine. Notre politique en la matière reste inchangée », a déclaré Figueroa via son compte Twitter.

Le Porte-Parole a également fait savoir que pour des raisons historiques , la République dominicaine ne peut participer à aucune initiative qui l’engage à mener des actions directes en Haïti.

« Pour des raisons historiques, la République dominicaine ne peut participer à aucune initiative qui l’engage à mener des actions directes en Haïti. Nous continuerons à plaider pour la participation de la communauté internationale à une solution définitive en faveur du pays voisin”, a-t-il écrit sur Twitter.

LE FACTEUR HAÏTI (LFH)